La chenille processionnaire du chêne

Nom latin : Thaumetopoea processionea

19/07/2021

Le changement climatique favorise l'occupation de nouveaux habitats par certaines espèces animales, comme la chenille processionnaire du chêne. Ce papillon thermophile est un lépidoptère ravageur, spécifique du chêne.

Biologie

La processionnaire du chêne est un papillon nocturne qui vole entre mi-juillet et septembre. La chenille se développe en automne pour éclore au début de la période de végétation, soit entre avril et mai. Elle passe alors par 6 stades de développement pour arriver à la nymphose (chrysalide) vers juin. A partir du 3ème stade larvaire, la chenille libère dans l’air des poils urticants très allergènes pouvant provoquer des atteintes cutanées.

Cycle de développement

On peut observer les nids de la processionnaire du chêne à partir du 5ème stade de développement (mi-juin) sur le tronc ou sur les branches maîtresse du chêne. Les chenilles quittent les nids en "processions" (d’où leur nom) pour se nourrir. Même après l’émergence du papillon, les nids avec les restes de mue et les déjections subsistent dans les arbres. Les poils urticants qui s’y trouvent, conservent leur caractère allergénique, même plusieurs années après le départ des chenilles.

Impacts sur la santé humaine

Les poils urticants – ou soies urticantes – peuvent provoquer une réaction allergique plus ou moins grave selon les cas : démangeaisons pouvant mettre jusqu’à deux semaines à disparaitre, œdèmes, atteintes oculaires ou encore atteintes respiratoires (crises d’asthme…). Des conditions météorologiques avantageuses et des courants d’air favorisent le transport des poils urticants sur de grandes distances.

 

Comment se protéger ?

  • Ne pas toucher les chenilles ou les nids, même tombés au sol
  • Après contact avec les poils, enlever les vêtements et les laver à la machine. Prendre une douche et bien se laver les cheveux
  • Rincer les poils attachés à la peau avec de l'eau et du savon. Des poils fortement attachés peuvent être enlevés (pince, papier collant)
  • En cas de réactions sévères (ingestion, contact avec l’œil, problème respiratoire, …), consultez rapidement un médecin.
Les actions mises en place par MONDORF Domaine Thermal pour lutter contre ce fléau
  • Pose de nichoirs à mésanges. Une famille de mésanges à elle seule peut ingurgiter jusqu'à 500 chenilles par jour.
  • Enlèvement mécanique des nids par un spécialiste.
  • Installation de pièges à phéromone. Les papillons sont attirés durant leur période d'accouplement et sont emprisonnés dans ces pièges. De juillet à septembre, cette méthode permet de limiter et réduire leur prolifération jusqu'à leur disparition.
  • Traitement (suivant autorisation ministérielle).